GYMNASTIQUE SENSORIELLE

La Gymnastique Sensorielle n’est pas une gymnastique habituelle.

Le terme "gymnastique" est utilisé ici pour désigner "la mise en mouvement" du corps.

Dans cette activité, aucun challenge si ce n’est celui de retrouver le plaisir de bouger sans effort, par des gestes simples et effectués dans une lenteur relâchée.

Pour décrire cette activité, on pourrait dire qu’elle s’apparente à une sorte de méditation en mouvement, ancrée sur la réalité du corps et l’instant présent, et faisant travailler avec finesse la musculature interne du corps.

Les vertus du mouvement

La Gymnastique Sensorielle est une véritable rééducation corporelle et sensorielle en mouvement.

Elle a été créée par Danis Bois, également fondateur de la Fasciathérapie, et de la Somato-psychopédagogie.

Elle permet de reprendre contact avec ses sensations corporelles et de soulager les douleurs physiques, musculaires et articulaires, mais aussi les tensions psychiques.

 

Elle est idéale pour corriger les mauvaises postures et mauvaises habitudes gestuelles. Respectant la physiologie naturelle du corps de chacun, cette activité est accessible à tous, sans limite d’âge.

Axé sur la globalité du corps, l’entraînement développe l’attention, la coordination, l’équilibre, la souplesse, et permet également d’améliorer la qualité et l’efficacité du tonus musculaire.

Du mouvement pour apaiser le stress et les excès de pensées

La Gymnastique Sensorielle invite à prendre conscience de son corps et à allier ses pensées à ses sensations et à ses gestes.

 

Le cours est l'occasion de se retrouver avec soi, et de s'ancrer dans ses jambes, ses appuis, de percevoir ses bras, sa tête, etc.

L'objectif est de retrouver un sentiment de globalité et d'unité corporelle et mentale.

Une méthode pour s'autosoigner en mouvement

Cette pratique gestuelle est complémentaire au soin Fascia :

dans la Gymnastique Sensorielle, le pratiquant devient son propre "thérapeute" capable de percevoir dans son corps les zones sensibles, douloureuses ou immobiles.

Naturellement, le cours nécessite un peu de pratique et d'expérience, mais chaque séance apporte un pas vers soi, sans aucune obligation de réussite ou de résultat.

Percevoir le mouvement interne

La Gymnastique Sensorielle tout comme le soin Fascia sont des techniques s'appuyant sur la force interne et d'autorégulation

du corps : le "mouvement interne".

Celui-ci est un mouvement qui anime toutes les structures de notre corps, avec des caractéristiques particulières de lenteur, d'orientation, de sensation de volume etc., que la Gymnastique Sensorielle nous apprend (entre autres) à percevoir.

Ce mouvement, autonome à l'intérieur de nous sans que l'on ait besoin de bouger, peut en effet se ressentir : c'est pourquoi on le nomme également "mouvement sensoriel". Il constitue la trame interne de notre geste, le mouvement du "dedans" auquel on accorde notre geste visible.

Le Mouvement Codifié : une chorégraphie explorant toutes les potentialités de mouvements du corps

La Gymnastique Sensorielle peut s'effectuer à travers une  chorégraphie de mouvements lents et fluides appelée le "Mouvement Codifié".

+ d'infos et diaporamas ici

Des gestes pour modifier ses comportements

En travaillant le mouvement en Gymnastique Sensorielle, nous allons également pouvoir diagnostiquer d'éventuelles asymétries de mouvements ou blocages, pouvant influencer notre état d'être.

 

Par exemple, si l'on observe chez une personne une difficulté à amener (dans la lenteur sensorielle) sa colonne vertébrale en avant... Cela peut éventuellement retentir sur sa capacité d'agir, d'aller de "l'avant" dans sa vie quotidienne.

 

Le fait de rééquilibrer en Gymnastique Sensorielle son axe avant/arrière pourra permettre potentiellement à cette personne de redéclencher une autonomie d'action que son corps avait figée.

< Retour aux soins

* Cette pratique ne dispense en aucun cas des examens, consultations et analyses médicales classiques.

 

​© 2020 Site Matière d'être - Création graphique, illustrations, animations : Sylvia Hillard - Photos : Yves Sarrans